La guerre de l’accès au détenu aura lieu (mais elle est déjà perdue)

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La guerre de l’accès au détenu aura  lieu (mais elle est déjà perdue)

 

La Justice est en lambeaux au Sénégal.
Exerçant tout simplement leur métier, les avocats sénégalais sont souvent
brutalisés, intimidés, placés en garde à vue. La seule évocation de la visite
d’un avocat à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss suscite ipso facto
une réaction inadaptée. Pourtant, le droit d’accès à un avocat est un droit
fondamental protégé par la Charte des droits de l’homme et qui comporte le
droit de pouvoir consulter un avocat librement, le droit de pouvoir communiquer
librement et confidentiellement avec son avocat.
Le reste ne fait que découler de l’arbitraire.

Sur présentation d’une pièce
indiquant sa qualité, l’avocat  rencontre
le détenu dans un parloir spécial. C’est la règle. Ni une interdiction de
communiquer décidée par le juge d’instruction, ni aucune sanction disciplinaire
ne peut empêcher un prévenu  de
communiquer avec son avocat, de visu ou par écrit. Me Clédor Ciré Ly a du être
amer pour s’être vu refuser de rencontrer le fameux prisonnier nigérian john
Obi. Pourtant, la loi est claire sur ce chapitre : Les visites de l’avocat
au prévenu ne doivent connaître aucune limite, en vertu du droit à préparer sa
défense, en dehors de la présence d’un surveillant.

Le milieu carcéral est un
milieu criblé de désagréments, où même les règles de droit ne font l’objet d’aucune
attention particulière, l
es organes des traités onusiens ont reconnu l’importance spécifique de
cette garantie pour la prévention de la torture et  d’autres atteintes aux droits humains
fondamentaux.

 

En somme, l’Etat
est tenu d’établir des garanties pour les personnes privées de liberté. Du
point de vue de la prévention, l’accès à un avocat est une garantie importante
contre les mauvais traitements, ce qui va au-delà de l’assistance juridique
apportée à la seule fin d’assurer la défense d’une personne.

 

Le Pacte
international relatif aux droits civils et politiques , qui traite de
différents aspects du droit à un procès équitable, prévoit que dans le cadre de
poursuites pénales le droit du détenu de communiquer avec un avocat de son
choix doit constituer une  garantie
minimale.

 

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »